Imprimer

Musée

des arts de la table

Aiguière en faïence de Rouen, 1730-1740

Aiguière en faïence de Rouen, 1730-1740

Domaine : céramique

Matériaux / Technique : faïence peinte, décor bleu et rouge de grand feu

Lieu de fabrication : Rouen, France

Chronologie : 1730-1740

Fabricant / designer : manufacture Caussy (attribué à)

Dimensions : H. 31,4 cm ; L. max. 27 cm

Statut : propriété du Département de Tarn-et-Garonne

Inv.AT.2005.112.1

Historique : acquisition, 2005

Crédit photo : (c) J.M. Maume ; (c) Musée des arts de la table/CG 82

Durant plusieurs siècles, les aiguières sont employées, selon les besoins, au service des boissons ou au lavement des mains avant le repas, usage immémorial correspondant à une purification symbolique. A la sortie de table, il s'agit en revanche d'un acte de propreté puisqu'il faut nettoyer ses doigts, utilisés pour manger. On peut aussi, dans les milieux aisés, s'essuyer avec une serviette humide, mais le versement d'eau parfumée sur les mains des convives au-dessus d'un bassin, chacun son tour en fonction du rang, participe du rituel dans une société très hiérarchisée.

Cet emploi diminue toutefois avant le milieu du XVIIIe siècle, alors que l'évolution des mœurs, l'utilisation généralisée des couverts et des fontaines murales rendent les aiguières de plus en plus obsolètes. Elles deviennent alors des objets décoratifs ou sont utilisées dans le cabinet de toilette, mais restent parfois présentes sur les buffets et les tables de desserte pour le service, voire pour le seul apparat.

L'aiguière en forme de casque retourné, fabriquée en argent, en étain, en céramique mais aussi en verre, persiste du XVIIe siècle jusqu'aux années 1740. Rouen s'en fait une spécialité, avec ce type monumental d'une grande élégance que rehausse admirablement le décor en bleu et rouge.