Imprimer

Musée

des arts de la table

couverts néogothiques

couverts néogothiques

Domaine : orfèverie

Matériau / technique : argent fondu, moulé, gravé

Auteur : attribué à Ludwig Neresheimer & co (orfèvres à Hanau, Allemagne)

Lieu de fabrication : Allemagne, Hesse, Hanau

Chronologie : 1890-1910

Dimensions : fourchette Lg 17,8 ; poids 46 gr. Cuillère Lg 17,6 ; poids 60 gr.

poinçons : N (pour Nuremberg)

Statut : propriété du Département de Tarn-et-Garonne

Inv. AT.2016.55.2.0

Don de l'association "Les Jardins de Lot-et-Garonne"

Crédit photo : J.M. Garric, Musée des Arts de la Table/CD82

Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, la demande pour les pièces d"orfèvrerie ancienne s'accrut considérablement mais il n'existait pas assez d"originaux pour la satisfaire. De nombreux orfèvres, dans toute l'Europe et aux Etats-Unis, entreprirent alors de copier ou d'interpréter les modèles anciens, avec plus ou moins de bonheur et de succès, parfois avec tant de précision que l'on peut aujourd'hui s'y tromper. En Allemagne, où l'orfèvrerie de Nuremberg jouit d'une réputation ininterrompue depuis plusieurs siècles, ce sont en particulier les objets des XVIe et XVIIe siècles qui servirent de base à d'innombrables reproductions, depuis les simples couverts jusqu'aux objets les plus spectaculaires, coupes extravagantes, statuettes et coquille de nautiles montés en vermeil.

Cette cuillère et cette fourchette sont typiques de l'adaptation des formes et ornements néogothiques aux objets utilitaires modernes, pratiquée à cette époque. L'entreprise Neresheimer, fondée à Hanau en 1890 et à laquelle ces pièces sont actuellement attribuées, fut avec celle d'August Schleissner l'une des deux plus prospères. Les exportations d'orfèvreries allemandes de style XVIe et XVIIe ont été considérables vers le Royaume-Uni qui appréciait les monumentales et somptueuses pièces d'ornement, traditionnellement déposées sur les buffets d'apparat des salles à manger (sideboard pieces).

Ce n'est pas le cas, bien entendu, de ces deux objets, plus simples quoique richement détaillés et qui font référence aux classiques cuillères anciennes consacrées aux apôtres. L'une et l'autre pièce portent la lettre N pour Nuremberg, poinçon de fantaisie qui, partout en Europe, serait considéré comme totalement illégal, y compris en Allemagne dans les villes où la production d'orfèvrerie était contrôlée par des guildes. Hanau profitait cependant une longue tradition de commerce libre, et ces poinçons augmentaient l'intérêt des produits auprès des acheteurs.