Imprimer

Musée

des arts de la table


Théière en grès de Yixing, "oeuf de dragon"

Théière en grès de Yixing, "oeuf de dragon"

Domaine : céramique

Matériaux / Technique : grès rouge modelé, cerclage du bec en argent réalisé en Europe.

Lieu de fabrication : Yixing, province de Jiangsu, Chine

Chronologie : fin du XVIe siècle ( période Wanli, 1573-1619)

Dimensions : L. 24,1 cm ; Ht 16,4 cm. Contenance en litre : 1,4

Statut: dépôt de la Société archéologique et historique de Tarn-et-Garonne

Historique : collection Valfré, acquisition par mécénat du Crédit Agricole

Crédit photo : (c) J.M. Garric ; (c) Musée des arts de la table/CG 82

Bibliographie : P.Valfré, Yixing, des théières chinoises pour l'Europe, brochure, 1996, p.19, n°1. ; P.Valfré, Yixing, des théières pour l'Europe, ed. Exotic Line, 2000, p.162, n°1. ; Yixing, l'art de la théière pourpre, Bruxelles, 2001, p.10, n°1.

Exceptionnel témoin des premières théières arrivées en Europe au XVIe siècle, celle-ci conserve un élément de la monture d'argent qui, à l'origine, cerclait aussi le bouton du couvercle (trace d'oxydation bien visible) et le reliait par une chaînette à une bague autour de l'anse.

 

La tradition veut que la première théière, au début du XVIe siècle, ait été creusée dans un bloc de terre par un moine vivant près de Yixing. En fait, il semble que la qualité et l'abondance du thé de cette région se conjuguèrent à l'exploitation du grès et à l'adoption de la technique de l'infusion des feuilles, pour produire des objets spécifiques. Le succès fulgurant des théières de Yixing entraîna aussitôt l'essor des fours locaux, ininterrompu depuis.

Les premières théières étaient des objets d'apparence rustique, simples, sans décor et d'une contenance importante. Même ensuite, lorsque la conception des théières devint un exercice esthétique de haute valeur culturelle sous l'influence des lettrés, le geste du potier, son souffle créateur, devait transparaître dans l'objet fini sous forme de traces visibles de son travail de modelage. C'est ce que l'on constate sur cet exemplaire.

La forme de cette théière, dite "oeuf de dragon", s'inspire vraisemblablement des oeufs de dinosaures fossilisés découverts ici et là, notamment dans les déserts, et dont on ignorait l'origine. Le matériau, sa granulométrie, sa cuisson à mi chemin entre la terre cuite et le grès qui lui donne son grain soyeux, sont caractéristiques de la mise en oeuvre du grès de Yixing à la fin de l'époque Ming, bien différente de la technique postérieure. A son arrivée en Europe, sans doute en Hollande ou en Angleterre, la théière a reçu un montage en argent, signe de la grande valeur qui lui fut attribuée. Les premières théières connues dans les pays occidentaux, en effet, toutes en grès de Yixing, étaient extrêmement rares et coûtaient cher, pour une clientèle de privilégiés, les premiers amateurs de thé.