Imprimer

Musée

des arts de la table


Théière en grès par Ary de Milde

Théière en grès par Ary de Milde

Domaine : céramique

Matériaux / Technique : grès rouge, tournage, tournassage, moulage, modelage, motifs appliqués

Lieu de fabrication : Hollande, Delft

Chronologie : 1680-1700

Dimensions : Ht 10,7 cm, L. 16,2 cm

Statut: dépôt de la Société Archéologique et Historique de Tarn-et-Garonne

inv. 2010.67.90

Historique : Collection Valfré, acquis par mécénat du Crédit Agricole

Crédit photo : (c) J.M. Garric ; (c) Musée des arts de la table/CG 82

Au cours des trente dernières années du XVIIe siècle, l'essor du thé en Europe et le succès contemporain des théières en grès de Yixing conduisirent plusieurs potiers hollandais, et en premier lieu à Delft, à tenter de copier les pièces chinoises. Le plus prolifique, celui qui s'approcha au plus près des modèles importés à grands frais, fut Ary-Janz de Milde (1636-1708), reçu maître en 1658 et qui travailla d'abord dans la célèbre fabrique de l'A grec. Ses recherches pour découvrir un grès aussi rouge, fin, solide et sonore que le grès de Yixing aboutirent en 1679 au dépôt d'une demande de privilège de quinze ans pour ses théières et sa marque. Il ne l'obtint que pour cette dernière, un cartouche ovale portant le nom du fabricant et l'image d'un renard courant.

 

Installé à son compte, et durant quelques temps à l'enseigne de "la théière couronnée" dont une marque spécifique est connue, Ary de Milde produisit des copies parfaites d'un célèbre modèle chinois des années 1620, sphérique à petit bec court et large anse auriculaire, toujours apprécié des Européens à la fin du siècle.

 

A la mort de Milde en 1708, la fabrique fut reprise par son fils mais ferma au début des années 1720. Les théières de grès venues de Chine offraient alors des formes nouvelles, plus originales. Elles devenaient aussi moins chères, et commençaient lentement à se déprécier face à la porcelaine et à la faïence.