Imprimer

Musée

des arts de la table

Cabaret à liqueurs

Cabaret à liqueurs

Domaine : métal, verrerie

Matériaux / technique : Tôle peinte et dorée, bois noirci, cristal moulé, étiquettes en métal émaillé

Lieu de fabrication : France

Chronologie : Vers 1830

Fabricant / designer : Inconnu

Dimensions : H. 31 cm ; Dia. 30 cm

Statut : Propriété du Département de Tarn-et-Garonne

Inv. AT.2005.32.8             

Historique : Acquisition, 2005    

Crédit photo : (c) J.M. Garric ; (c) Musée des arts de la table/CG 82

Ce cabaret appartient à la production massive d'objets en tôle peinte, de prix raisonnable, qui permit à de nombreux Français de s'équiper en biens de consommation courante au début du XIXe siècle. La verrerie est en cristal pressé-moulé, technique inventée en 1827 qui fit chuter les prix.

La consommation des liqueurs fines était au XVIIIe  siècle un plaisir raffiné, accessible seulement aux plus riches consommateurs. Sirupeuses et parfumées, on les appelait « crèmes », et leurs ingrédients, cannelle, badiane, vanille, rhum, jasmin, rose, abricot, citron, moka, fleur d'orange au petit-lait ou au champagne, thé... expliquent leur prix élevé. En outre, on les laissait vieillir en cave afin d'en bonifier le goût. L'essor de la profession de distillateur pendant la Révolution accompagna une évolution du goût du public en faveur des liqueurs fortes, comme le kirsch. L'engouement était tel vers 1800 que les liqueurs devinrent presque une denrée de première nécessité.

Les plus communes étaient la crème d’absinthe, l'anisette de Bordeaux, le marasquin de Zara, le curaçao d'Amsterdam, le ratafia de Grenoble, le kirchswasser de Verdun, la liqueur de noyau et la crème de fleur d’orange. Au XIXe siècle, chaque ménage bourgeois détenait deux, trois ou quatre liqueurs différentes, offertes aux convives en fin de repas avec le café et des biscuits à tremper dans le verre. C'est pour répondre à ce courant de mode que l'on créa le cabaret à liqueurs autour de 1800, suivi vers 1820 par la « cave », coffret de bois précieux aux parois articulées, permettant de tenir les flacons sous clef à l'abri des tentations du personnel domestique.